Réduire son hyperpilosité faciale

Un pourcentage important de femmes dans le monde est atteint d’une hyperpilosité faciale. Il s’agit de l’apparition de poils d’une quantité assez élevée sur le visage. Cette maladie a une cause spécifique et elle peut très bien être traitée. 

Pourquoi ai-je des poils de trop sur mon visage ? 

Il arrive souvent que certaines femmes soient victimes de l’apparition de poils d’une quantité excessive par rapport à la normale au niveau du visage. Ce phénomène est aussi appelé hirsutisme. Il est dû à un déséquilibre hormonal. En effet, toutes les femmes ont dans leur sang des hormones masculines de faible taux. Pour les hirsutes, la quantité d’androgène est plus élevée que celle des autres femmes. Ainsi, des poils épais, de couleur très foncée, apparaissent sur des zones où ils ne doivent pas se trouver. Il est alors à citer le visage (hyperpilosité faciale), le nombril, le menton, les cuisses, le dos. D’un autre côté, l’hirsutisme peut être aussi dû à une sensibilité accrue de la peau à des taux normaux d’hormones masculines. 

Que dois-je faire pour les réduire ?

Pour faire disparaître les poils de trop sur le visage, il est requis de suivre une séance ches le psychanalyse-in-situ.com afin de bien s’assurer l’efficacité de la méthode, même l’usage de la crème Vaniqa par exemple . Cela est dû au fait qu’une simple épilation ne suffit pas pour se débarrasser totalement des poils. En effet, ils reviennent quelques jours après avoir été épilés. Ainsi, la crème va agir directement sur les enzymes qui sont responsables de la croissance massive des poils. D’autant plus, elle affecte les pigments qui leur donnent cet aspect foncé. Il est toutefois à savoir que le résultat ne s’observe pas au jour le jour. Le traitement doit se faire durant quelques mois. En outre, l’avis d’un spécialiste est toujours nécessaire avant d’appliquer le produit sur la peau. 

Il est important de traiter l’hyperpilosité faciale du fait qu’il pourrait provoquer un complexe chez la femme qui en est atteinte. 

psychanalyse-in-situ